Fabriquer les images, le travail derrière l’imagination

Share via:

Avatar
Michel Dufour

Faire des autoportraits est intéressant quand une idée me trotte en tête.  Certains de ces projets sont facilement réalisable et ne requiert qu’à se placer devant la caméra, prendre la photo et ensuite la développer.

Par contre, il arrive que ces projets demandent un peu plus de planification, conception et surtout, travailler le développement dans Photoshop.  Contrairement à ce que l’on peut croire, l’écran vert n’est pas nécessairement une obligation.

Voici un résumé du travail des dernières photos que j’ai publiées depuis quelques mois.

Le confinement(https://micheldufourphotography.com/le-confinement/).

J’ai eu cette idée en regardant un tutoriel dans lequel il était question de faire des montages et la façon de les rendre réels.  L’utilisation des proportions était un enjeu.  Dans ce projet, j’avais déjà en tête une ébauche du projet final et l’ambiance qu’elle refléterait.

La photo s’est faite en deux phases : la première était la cuisine avec la lumière tamisée et la deuxième, moi! Dans les deux cas, il y a eu l’utilisation de lumière artificielle que j’ai dû repositionner pour la 2ephoto tout en conservant sensiblement le même angle.  De plus, j’ai installé une lumière supplémentaire avec filtre bleu pour simuler le reflet des écrans.  J’ai également fait quelques photos pour générer un ombre que j’utiliserais dans le montage.  Par la suite, la majeure partie du travail a été effectué dans Photoshop, plusieurs heures je dirais…

Le vol du sorcier(https://micheldufourphotography.com/ce-nest-pas-sorcier/

J’ai utilisé l’écran vert à cette occasion pour 3 raisons:

  1. Ça faisait un p’tit bout que je ne l’avais pas utilisé !!!
  2. Je me disais qu’il serait peut-être plus facile de faire le découpage du balai de branches
  3. J’avais fait un essai non-concluant sur un fond gris (mon mur)

Comme la plupart de ces photos, plusieurs phases sont nécessaires à la réalisation.  Comme je l’ai mentionné, il arrive que des tentatives soient non-concluant. Dans la première vague d’essais, le fond gris était suffisamment éclairé mais comportait une part du plancher.  De plus, pour simuler le vol, je me suis positionné sur un banc à genou.  Le résultat ne donnait pas l’impression que j’étais assis sur un balai.  De plus, l’éclairage était insuffisant pour rendre l’assemblage avec crédibilité.  C’est un des éléments primordiaux d’une image composite : le type de lumière et son angle sont importants.  Pour finir, je n’avais pas encore vraiment choisi le fond sur lequel je me retrouverais, ce qui n’aide pas beaucoup au montage.

Un peu plus tard, j’ai pris l’image de fond à mon bureau avec un soleil de fin d’après-midi alors qu’il se trouvait derrière moi.  J’avais donc une bonne idée du rendu final.

J’ai donc refait la photo de l’envol avec le balai; sur fond vert cette fois-ci car je pouvais dérouler cette toile sur le plancher, facilitant ainsi le découpage.  Quelques prises en sautant et hop, c’était réglé!

Finalement, le montage s’est fait avec un long travail de découpage (surtout dans la portion « branchaîlle » du balai).

Plongeur, pas mon métier (https://micheldufourphotography.com/plongeur-pas-mon-metier/).

Un soir que je lavais la vaisselle et que je ruminais le fait que c’était la partie moins plaisante du repas et que je ne serais certainement pas un plongeur dans un restaurant!  Et voilà, l’idée, plongeur, et j’imaginais le terme au pied de la lettre et l’image qu’elle générait dans ma tête.

Une fois cette corvée terminée, j’ai fouillé dans mon sac de sport pour mes accessoires de piscine.  De retour dans la cuisine, un seul éclairage fut utilisé. J’ai photographié l’évier et sa vaisselle propre avec l’eau savonneuse restante.  Ensuite, j’ai positionné ma lumière dans le même angle par-dessus le comptoir, placé un fond gris et fait quelques poses comme si j’étais sur le rebord d’une piscine.

Dans Photoshop, j’ai simplement fait le découpage du personnage (moi!) et je l’ai ajouté à l’image initiale. MAIS, le souci du détail est important… L’évier et ses éléments le composant sont des matières réfléchissantes; il me fallait donc ajouter des reflets aux endroits stratégiques pour donner l’impression que je me trouvais effectivement dans celui-ci.

Une belle prise (https://micheldufourphotography.com/une-belle-prise/).

Un soir de couché de soleil, j’ai fait cette photo qui n’a demandé que très de travail : la photo s’est faite avec un poids qui lestait la canne à pêche pour lui donner l’effet de courbure.  Dans Photoshop, il a suffi de faire disparaître le bout de corde qui dépassait le soleil !


La Ronde encore fermée, pas de problèmes (https://micheldufourphotography.com/la-ronde-encore-fermee-pas-de-problemes/)

Vous devinez un peu à quel endroit j’étais lorsque j’ai eu l’idée alors je n’élaborerai pas…

Dans un premier temps, j’ai photographié la sécheuse.  S’en est suivi un looooong travail de mesure et de calculs : j’avais besoin de reproduire la porte dans un ratio 1,5x plus grand.  Ensuite, le bricoleur en moi s’est mis à l’ouvrage de construire une réplique de la porte avec du carton-foam.  Une fois l’assemblage terminé.  J’ai mesuré la hauteur de la lumière pour m’assurer de reproduire sensiblement le même angle.

Quelques prises dans ce décor pour réaliser que le fait de ne pas avoir de dessus laissait passer une lumière parasite sur le dessus de ma tête.  Ajout rapide d’un carton-foam sur le dessus et secondes prises de vue et hop, c’était réglé.

Le reste du travail fut dans Photoshop évidemment pour le découpage du personnage et post-traitement. 

Facebooktwitterinstagram

Laisser un commentaire